fbpx
AccouchementL’épisiotomie, si on en parlait ?
L'épisiotomie, si on en parlait ?
En préparation à la naissance, à l'accouchement, et même après, l'épisiotomie prend une grande place dans l’imaginaire des femmes et de leurs conjoints parfois. C' est pourquoi il me semble essentiel d’aborder ce sujet et de comprendre.
Sage-femme Française à Londres

En préparation à la naissance, à l’accouchement, et même après, l’épisiotomie prend une grande place dans l’imaginaire des femmes et de leurs conjoints parfois. C’ est pourquoi il me semble essentiel d’aborder ce sujet et de comprendre.

L’épisiotomie est un acte chirurgical effectué par un gynécologue-obstétricien ou par une sage-femme. C’est l’incision du périnée, à l’aide d’une paire de ciseaux stériles, afin d’agrandir l’ouverture du vagin et permettre à la tête du bébé de sortir plus facilement, plus rapidement.

 



On la pratique à la toute fin de l’accouchement si besoin, lorsque le plus grand diamètre de la tête doit sortir.

L’épisiotomie était autrefois un geste très souvent systématique car on pensait que cela permettait de réduire ou d’éviter certains “traumatismes” : les incontinences urinaires et anales, les descentes d’organes ainsi que les déchirures compliquées. 

De nombreux professionnels ont remis en question cette pratique.

Plusieurs études montrent des résultats sans appel. L’épisiotomie ne prévient pas les incontinences urinaires. C’est la grossesse et la prise de poids importante pendant la grossesse, qui seraient en partie responsables.

  • une patiente qui a été césarisée peut également souffrir d’incontinence urinaire
  • l’épisiotomie ne prévient pas les déchirures compliquées, comme la déchirure du sphincter de l’anus
  • la descente d’organes résulte elle aussi du nombre de grossesses ainsi que du poids des bébés.

La meilleure prévention de ces « complications » de la grossesse reste la rééducation périnéale. Celle-ci est conseillée à toute femme ayant été enceinte, quel que soit le mode d’accouchement. 

L’épisiotomie reste cependant nécessaire dans certaines conditions. Les pratiques évoluent. Pour la majeur partie des maternités et des praticiens, la seule indication de l’épisiotomie reste l’appréciation clinique de l’accoucheur quand la naissance doit être accélérée ou si le périnée semble réellement en danger de déchirure compliquée.

Le plus important est d’être informée au préalable et de comprendre.

L’épisiotomie laisse place ensuite à une cicatrice. Il existe des antidouleurs appropriés si besoin. Pour vous rassurer, n’hésitez pas à faire surveiller l’état de votre cicatrice lors d’une consultation. Les fils des sutures vont se résorber seuls dans la majorité des cas mais si la résorption est trop longue et gênante, on peut tout à fait parfois faire retirer un fil.

S’il existe des complications comme des hématomes, une douleur constante ou des infections qui nécessitent un suivi et un traitement adapté, sachez que cela ne concerne que 2% des cas.

Pendant les premiers temps après la naissance de votre bébé, reposez-vous et évitez de tirer sur la cicatrice pour récupérer au mieux. Nettoyez la à l’eau et au savon doux deux fois par jour, sans trop frotter ou sécher. La zone doit simplement rester propre et cicatrisera en milieu humide.

Retrouvez tous nos articles sur l’accouchement ici.

Découvrez l'application 9moispourtoi,
une équipe de sages-femmes disponible pour vous répondre où que vous soyez dans le monde

Obtenez les réponses à vos questions rapidement.

Être écouté, conseillé et rassuré devient un jeu d’enfant.